Please reload

Posts Récents

Quand les parents "disjonctent"...

January 23, 2018

 Coacher des jeunes en compétition sportive c'est faire en sorte d'optimiser les ressources d'un athlète en herbe pour qu'il performe au mieux de ses ressources techniques, physiques et mentales. Cette alchimie, souvent complexe, est, et de loin, une équation moins évidente que l' arithmétique...

Dans cette mission, le coach DOIT INTÉGRER DANS SON JOB LA FORMATION DES PARENTS : faire en sorte qu'ils soient des alliés, des collaborateurs bienveillant. Parfois, il est impossible de comprendre certains mots, certains comportements de la part d'adultes qui ressentent une pression extrême au bord du terrain en regardant jouer leurs enfants. Dans le système, les parents sont très influents de l'état d'esprit du jeune athlète. Cette année encore, les championnats de France n'auront pas dérogé à la règle. Les exemples (réels) qui suivent n'ont pas vocation à juger ou à généraliser les comportements parentaux, juste à relater des morceaux choisis de moments absurdes.

Cela dans le but de prévenir, ou faire réfléchir, les adultes qui ne réalisent pas toujours que le sport que pratique leur enfant, normalement une activité délibérée, est source de nombreuses émotions pour lesquelles ils doivent être formés grâce à l'expérience et à un coaching approprié. Morceaux choisis pour illustrer certains comportements parentaux "toxiques": 

 

- Catégorie U12 : Le Père au sujet de son fils en passe de subir une lourde défaite ( 6 down au départ 12).... " il pourrait essayer au moins de perdre au moins avec les honneurs ! Là il va être ridicule !" 
-Catégorie U16 : Le débriefing coup par coup du parcours d'un jeune par son père juste après le

recording en lui signalant tous les "coups de merde" de son enfant et les inepties tactiques. Le jeune essayant d'expliquer (très posément) que les coups qu ils avaient à jouer étaient plus difficiles que ce que son père pensait, finit par dire "c'est moi qui joue, je sais bien ce que je peux faire ou pas non?" Réponse du père : 
" ç est peut être toi qui joue mais ç est moi qui paye mon bonhomme! Tu sais ce que tu me coûte par an?" 
Le garçon :" Et même si je gagnais ça te rapporterais quoi de plus ?" - Le père: " rien mais au moins la satisfaction que je ne jette pas du fric par les fenêtres !".
- Catégorie U12 : Le gamin qui en a gros sur la patate, qui pleure après (encore) un coup qui finit dans un bunker au 11... La mère qui lui dit sèchement "pourquoi tu pleures ??? Tu n'as qu'à bien joué!!!" Le gamin pleurant : " mais j essaye !" - La mère " tu fais rien du tout de bien aujourd'hui, ça sert à rien de t entraîner autant pour faire ça !"CQFD!

 

Ces parents là ne se rendent pas compte de l'effet dévastateur sur leur enfant : l'estime de soi, la confiance, le plaisir de pratiquer en compétition sont impactés par ces jugements assénés chaque week-end. 

J'ai depuis longtemps pris comme fait que je me devais d'aider les parents à se former à devenir "bienveillants" et prendre du recul sur la pratique sportive de leur enfant : apprendre à utiliser les mots qui conviennent, d'agir dans les moments qui conviennent aussi, trouver leur place et les faire respecter celle du coach et sa mission. 

Coach un jeune, c'est l'entraîner, le préparer et faire en sorte que ce qui est "tricoté" ne soit pas défait lorsqu'il rentre à la maison, ou durant le trajet retour, lorsqu'ils attendent jusque là... Coacher un jeune sportif, c'est aussi coacher les parents pour pas qu'ils disjonctent! 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

 
Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

+33 (0)6 85 31 71 82

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White LinkedIn Icon